Maxime Javelly
Collège
Riez
 

Puissance et échec ...

lundi 4 avril 2011, par Lada Arnaud

Unehistoire sur les puissances, repris de wikipedia
(voir le lien)

Le mythe du brahmane Sissa

La légende la plus célèbre sur l’origine du jeu d’échecs raconte l’histoire du roi Belkib (Indes, 3000 ans avant notre ère) qui cherchait à tout prix à tromper son ennui. Il promit donc une récompense exceptionnelle à qui lui proposerait une distraction qui le satisferait. Lorsque le sage Sissa, fils du Brahmine Dahir, lui présenta le jeu d’échecs, le souverain, enthousiaste, demanda à Sissa ce que celui-ci souhaitait en échange de ce cadeau extraordinaire. Humblement, Sissa demanda au prince de déposer un grain de blé sur la première case, deux sur la deuxième, quatre sur la troisième, et ainsi de suite pour remplir l’échiquier en doublant la quantité de grain à chaque case. Le prince accorda immédiatement cette récompense en apparence modeste, mais son conseiller lui expliqua qu’il venait de signer la mort du royaume car les récoltes de l’année ne suffiraient à s’acquitter du prix du jeu. En effet, sur la dernière case de l’échiquier, il faudrait déposer 263 graines, soit plus de neuf milliards de milliards de grains (9 223 372 036 854 775 808 grains précisément), et y ajouter le total des grains déposés sur les cases précédentes, ce qui fait un total de 264-1, soit 18 446 744 073 709 551 615 grains.
Des variantes de cette légende existent, l’une suggérant que le roi accepta à condition que le sage compte les graines lui-même, une autre affirmant que Sissa eut la tête tranchée pour une telle effronterie. Certaines versions disent que Sissa ne demanda rien en échange mais que le roi insistant, Sissa aurait alors décidé de se moquer du roi en lui demandant une récompense qu’il ne pourrait donner.

Légende grecque

Une autre légende place l’invention du jeu durant la Guerre de Troie. Palamède, l’un des héros grecs, aurait inventé le jeu pour remonter le moral des troupes durant le siège de Troie, ainsi que d’autres jeux : « Les Grecs lui attribuaient l’invention de plusieurs lettres de leur alphabet, de la monnaie, des dés, des osselets et du jeu d’échecs . C’est l’origine du nom de la première revue échiquéenne, Le Palamède. Cette légende est née d’une traduction erronée du mot grec πεττεια (petteia), un terme désignant un jeu de plateau différent des échecs parfois traduit, à tort, par « dames » ou « échecs ».


Voir en ligne : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89checs

 
Collège Maxime Javelly – rue du collège - 04 500 Riez – Responsable de publication : Mme LAWSON
Dernière mise à jour : mardi 17 décembre 2019 – Tous droits réservés © 2008-2020, Académie d'Aix-Marseille